1 -Epidémiologie de l'infection à VIH dans le monde


 

a - Dans le monde (Rapport sur l’épidémie mondiale de SIDA en décembre 2007)

Selon l’ONUSIDA, 33,6 millions de personnes vivent avec le VIH/SIDA dans le monde à la fin 2007 (30,8 millions d'adultes, 2,5 millions d'enfants de moins de 15 ans)


 

ADULTES ET ENFANTS VIVANT AVEC LE VIH

ESTIMATIONS EN 2007

Total: 33,6 millions (30,6–36,1)



 

NOMBRE ESTIMATIF DADULTES ET DENFANTS

NOUVELLEMENT INFECTÉS PAR LE VIH EN 2007

Total : 2,5 millions (1,8-4,1 millions)

 

 

 

NOMBRE ESTIMATIF DE DÉCÈS PAR SIDA

CHEZ LADULTE ET LENFANT EN 2007

Total : 2,1 millions (1,9-2,4 millions)

 

 


Fin 2004, parmi les personnes vivant avec le VIH/SIDA dans le monde, on comptait par pays:
 

Amérique :

(chiffres en nombre de cas)

 

 

 

 

Etats Unis

940 000

Brésil

660 000

Venezuela

100 000

Canada

55 000

Argentine

120 000

Haïti

260 000

 

 

 

 

 

 

 

 

Afrique :

 

 

 

 

 

 

Tanzanie

150 0000

Kenya

1 100 000

Zimbabwe

160 0000

Zambi

830 000

Malawi

810 000

Côte d’Ivoire

530 000

Congo

1 000 000

 

 

 

 

 

 

Pacifique occidental

 

 

 

 

 

 

Australie

100 00

Cambodge

170000

Japon

12000

Malaisie

51 000

Vietnam

200 000

 

 

 

 

 

 

Asie du sud-est

 

 

 

 

 

 

Thailande

560 000

Inde

3.970.000*

Myanmar

320 000

Indonésie

110 000

 

 

 

 

Europe :

 

 

 

 

 

 

Lituanie

1 300

France

110 000

Italie

140 000

Allemagne

10 000

Royaume Uni

31 000

Suisse

13 000

Portugal

22 000

Roumanie

2 500

Pays Bas

10 000

Belgique

10 000

Danemark

5 000

Ukraine

360 000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Données fin 2004

Données : http://www.unaids.org/en/Regions_Countries/Countries/default.asp



 

 

 

 

 

 

 

Généralités sur l’épidémie mondiale liée au VIH (issu du rapport ONUSIDA 2007)

 

En 2007, on note du fait de différences méthodologiques par rapport aux années précédentes, une diminution du nombre estimé de personnes vivant avec le VIH à travers le monde. L’interprétation de la gravité et des conséquences de la pandémie a néanmoins fort peu changé. On estime à 33,2 millions [30,6 millions-36,1 millions] le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde en 2007, soit 16% de moins que l’estimation de 39,5 millions publiée en 2006 (ONUSIDA/OMS, 2006).

 

Parce que les estimations du nombre de nouvelles infections et du nombre de décès liés au VIH, il faut souligner que les différences entre les estimations données en 2006 et celles de 2007 sont pour l’essentiel liées à des améliorations de la méthodologie plutôt qu’aux tendances de la pandémie elle-même. Il convient donc de ne pas tirer de conclusions des comparaisons entre les estimations de 2007 et celles de 2006.

 

Le point sur l’épidémie 2007 – Eléments essentiels

 

Chaque jour, le VIH infecte plus de 6800 personnes et plus de 5700 personnes meurent du sida, essentiellement

parce qu’elles n’ont pas un accès correct aux services de prévention et de traitement de l’infection à VIH. La pandémie de VIH reste le défi infectieux le plus grave en matière de santé publique. L’évaluation épidémiologique de la pandémie comporte néanmoins des éléments encourageants, car elle suggère : une stabilisation de la prévalence mondiale de l’infection à VIH (pourcentage de personnes infectées par le VIH), même si le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde augmente à cause tant de l’accumulation de nouvelles infections que de la survie prolongée des personnes infectées, au sein d’une population qui elle-même continue de croître ; une diminution localisée de la prévalence dans certains pays ; une diminution du nombre de décès liés au VIH, attribuable en partie à l’extension récente de l’accès au traitement ; et une diminution du nombre annuel de nouvelles infections à VIH au niveau mondial. L’examen des tendances mondiales et régionales laisse à penser que l’épidémie comporte deux grands schémas : des épidémies généralisées qui persistent au sein de la population générale de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, en particulier dans la partie australe du continent ; et dans le reste du monde, des épidémies affectant essentiellement les populations les plus exposées au risque d’infection, notamment les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues injectables, les professionnel(le)s du sexe et leurs partenaires sexuels.

 

L’Afrique subsaharienne reste la région la plus gravement touchée et le sida y est toujours la principale

cause de mortalité.

Alors que la prévalence en termes de pourcentage est stabilisée, la persistance de nouvelles infections

(même à un rythme moindre) fait que le nombre de personnes vivant avec le VIH – soit 33,2 millions

(30,6 millions-36,1 millions) – est plus élevé que jamais (Figure 1). La prévalence du VIH tend à décroître lentement en même temps que diminuent les nouvelles infections et que meurent les personnes infectées par le VIH ; elle peut augmenter si les nouveaux cas persistent à survenir et si les personnes infectées sous traitement antirétroviral meurent moins rapidement. Les analyses du présent rapport ne peuvent mesurer spécifiquement les influences divergentes qu’exercent sur la prévalence du VIH tant les efforts de prévention – qui diminuent le nombre de nouvelles infections – que l’extension des programmes de traitement – qui réduit le nombre de décès parmi les personnes infectées par le VIH.

 

En Asie du Sud-Est, les épidémies au Cambodge, au Myanmar et en Thaïlande montrent toutes une diminution de la prévalence du VIH. En 2007, on estime à 2,1 millions [1,9 million- 2,4 millions] le nombre de décès dus au sida dans le monde (Figure 3) – 76% d’entre eux sont survenus en Afrique subsaharienne. La diminution observée au cours des deux dernières années est en partie due à l’extension des services de traitement antirétroviral.

 

Le sida reste une des principales causes de mortalité dans le monde et la première cause de décès en Afrique subsaharienne : il représente à long terme un énorme défi en ce qui concerne la mise en place de services de traitement – et son impact disproportionné sur l’Afrique subsaharienne n’en est que plus évident. Les infections récentes contribuent au nombre total de personnes vivant avec le VIH ; évoluent vers la maladie et la mort au cours du temps et constituent une source potentielle de nouvelles contaminations.

 

 

 

 

L’incidence annuelle du VIH (le nombre de nouvelles infections à VIH par an au sein d’une population) est donc un paramètre clé que s’efforcent de réduire les efforts de prévention. L’incidence mondiale de l’infection à VIH a probablement atteint un sommet à la fin des années 1990 avec plus de 3 millions de nouvelles infections par an : on l’estime à 2,5 millions [1,8 million- 4,1 millions] en 2007, dont plus des deux tiers (68%) en Afrique subsaharienne. Cette diminution de l’incidence du VIH correspond vraisemblablement à l’évolution naturelle de l’épidémie ainsi qu’aux efforts de prévention qui ont entraîné des modifications de comportement dans divers contextes.

 

 

Résumés par région

 

L’Afrique subsaharienne continue d’être la région la plus gravement touchée par la pandémie de sida. Parmi

les personnes infectées, plus de deux adultes sur trois (68%) et presque 90% des enfants vivent dans cette région ; plus de trois décès dus au sida sur quatre (76%) y surviennent, tragique illustration des besoins non assurés en matière de traitement antirétroviral en Afrique subsaharienne. Les épidémies de la région varient néanmoins de façon marquée, la prévalence du VIH chez l’adulte (15-49 ans) au niveau des pays allant de moins de 2% dans certains pays du Sahel à plus de 15% dans la plus grande part de l’Afrique australe. A elle seule, cette dernière sous-région compte près du tiers (32%) de toutes les nouvelles infections à VIH et des décès liés au sida dans le monde en 2007. En tout, 1,7 million [1,4 million-2,4 millions] de personnes ont été infectées par le VIH en Afrique subsaharienne au cours de l’année écoulée, contre 2,2 millions [1,7 million-2,7 millions] de nouvelles infections en 2001. On y estime à l’heure actuelle que 22,5 millions [20,9 millions-24,3 millions] de personnes vivent avec le VIH – à comparer aux 20,9 millions [19,7 millions-23,6 millions] de 2001.

Le taux de prévalence du VIH chez l’adulte (15 à 49 ans) est passé en Afrique subsaharienne de 5,8% [5,5%-6,6%] en 2001 à 5,0% [4,6%-5,5%] en 2007. Le sida constitue toujours la cause de mortalité la plus importante en Afrique subsaharienne (OMS, 2003) ; sur un total mondial de 2,1 millions [1,9 million- 2,4 millions] de décès (adultes et enfants) en 2007, 1,6 million [1,5 million-2,0 millions] sont survenus en Afrique subsaharienne. On estime à 11,4 millions [10,5 millions-14,6 millions] le nombre d’enfants rendus orphelins par le sida1 dans la région.

 

Outre la diminution du nombre de nouvelles infections observée en Afrique subsaharienne de 2001 à 2007, le nombre estimé de nouvelles infections a chuté en Asie du Sud et du Sud-Est, passant de 450 000 [150 000-800 000] en 2001 à 340 000 [180 000-740 000] en 2007, et en Europe orientale de 230 000 [98 000-340 000] en 2001 à 150 000 [70 000-290 000] en 2007. La différence du nombre de nouvelles infections en Europe orientale tient surtout à la croissance ralentie de l’épidémie de VIH en Fédération de Russie, le pays où sévit l’épidémie la plus importante de la région et où le nombre de nouvelles infections a augmenté rapidement à la fin des années 1990 avant de culminer en 2001. Le nombre de nouvelles infections signalées (plutôt que leur estimation) pour la Fédération de Russie a recommence à croître ces dernières années, mais à un taux plus faible qu’au tournant de ce siècle. Les 92 000 [21 000-220 000] adultes et enfants que l’on estime avoir été nouvellement infectés par le VIH en Asie de l’Est en 2007 représentent une augmentation de près de 20% par rapport aux 77 000 [49 000–130 000] personnes nouvellement infectées en 2001. L’Océanie a elle aussi connu une augmentation du nombre estimé de nouvelles infections – de 3800 [3000-5600] en 2001 à 14 000 [11 000-26 000] en 2007. Le nombre de nouvelles infections à VIH est resté à peu près stable pour 2007 dans les Caraïbes, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en Amérique du Nord et en Europe  occidentale. Ces chiffres d’incidence régionale peuvent masquer le fait que le nombre effectif de personnes vivant avec le VIH peut être en augmentation ; en Europe orientale, par exemple, le nombre total de personnes vivant avec le VIH a augmenté de près de 150% entre 2001 et 2007. De même, la prévalence du VIH continue d’augmenter dans certains pays, comme l’Indonésie et le Viet Nam.

 

 

Les femmes vivant avec le VIH

 

Les estimations du nombre de femmes et d’hommes infectés par le VIH ont connu le même taux d’accroissement

entre 2001 et 2007 et le ratio hommes/femmes est donc resté le même au niveau mondial parmi les personnes infectées. L’estimation de 13,8 millions [12,7 millions-15,2 millions] de femmes vivant avec le VIH en 2001 a augmenté de 1,6 million pour atteindre 15,4 millions [13,9 millions-16,6 millions] en 2007 ; les chiffres correspondants pour les hommes sont de 13,7 millions [12,6 millions-15,2 millions] en 2001 et 15,4 millions [14,3 millions-17,0 millions] en 2007. En Afrique subsaharienne, près de 61% des adultes vivant avec le VIH en 2007 étaient des femmes (Figure 5), et 43% dans les Caraïbes (à comparer aux 37% de 2001). En Amérique latine, en Asie et en Europe orientale, la proportion de femmes vivant avec le VIH croît progressivement, le VIH passant aux partenaires féminines des hommes qui ont vraisemblablement été infectés lors de l’injection de drogues, ou au cours de rapports sexuels tarifés non protégés ou de rapports sexuels avec des hommes. En Europe orientale et en Asie centrale, on estime que les femmes représentaient 26% des adultes infectés par le

VIH in 2007 (comparé aux 23% de 2001) ; en Asie ce pourcentage était de 29% en 2007 (26% en 2001).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

b- Infection à VIH : cas particulier de l’Europe (BEH novembre 2007)

 

Nombre, taux (par million d’habitants) et pourcentage de cas de VIH par groupe de transmission déclarés dans les 27 pays de l’UE et trois pays de l’AELE, 2006

 

Soutenez l'action STOP SIDA
Infos médicales
Conduite à tenir
Epidémiologie
Les hépatites virales
 
 
     
Infos médicales Infos VIH Association Contact Adresses utiles Liens